Assemblée nationale / Un juriste expérimenté à la tête de la Commission des lois.

131

Réuni mardi dernier à leur siège, les députés togolais ont réussi à mettre en place les neuf commissions qui doivent permettre à l’institution de fonctionner correctement. Celle qui retient le plus l’attention est la Commission des lois constitutionnelles, de la Législation et de l’Administration générale. Celui qui en prend la tête n’est pas inconnu du grand public: Tchalim Tchitchao.

La Commission des lois constitutionnelles est composée comme suit : président, Tchalim Tchitchao ; vice-président, Agbanu Komi ; 1er rapporteur, Abougnima Molgah ; 2e rapporteur, HounakeyAkakpo Kossi ; membre, Agbandao Kounou ; membre, Atcholi Aklesso ; membre, Nomagnon Akossiwa Gnonoufia ; membre, Taama Komandega.

Dès la mise en place des différentes commissions, beaucoup d’analystes y ont directement fait le lien avec l’épineuse question des réformes. En effet, l’équipe dirigée par Me Tchitchao Tchalim aura la lourde responsabilité de se pencher sur les modifications constitutionnelles à proposer à la plénière pour adoption. Il faut rappeler que ces réformes sont très attendues par l’ensemble de la classe politique togolaise. L’ancien ministre pourra t-il trouver les arguments nécessaires pour amener ses collègues à accepter de voter les propositions qui seront issues des débats ? Vu le parcours et le profil de l’homme, ce n’est pas la compétence qui lui fera défaut.

Juriste de formation, Me Tchalim est avocat au barreau du Togo. Le natif de la Kozah est au service de son pays depuis de longues années. Il a été Garde des sceaux, ministre de la Justice et des Relations avec les institutions de la République des années 2010 jusqu’à la fin 2013. Cela lui a permis de travailler sur le projet de modernisation de la justice togolaise. Maître Tchalim a également pu gérer plusieurs dossiers brûlants comme le procès des accusés dans l’affaire de coup d’Etat manqué de 2009, l’affaire dite d’escroquerie internationale, l’affaire des 9 députés de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), les incendies des grands marchés de Lomé et de Kara, etc…

Depuis son départ du ministère, l’homme s’est plutôt rendu discret. Mais à la faveur de la crise politique dernière et avec la tenue des élections législatives du 20 décembre 2018, plusieurs personnalités sont sorties de l’ombre. Parmi elles, maître Tchitchao Tchalim. Ayant fait campagne dans les cantons de Djamdè et d’Atchangbadè comme candidat et tête de liste du parti Union pour la République (Unir) dans la préfecture de la Kozah, il est élu député à l’Assemblée nationale.

Quelques semaines après la rentrée parlementaire, le voilà à la tête de la commission des lois constitutionnelles. C’est sans conteste l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Cela va assurément le remettre au-devant de la scène. Certains pourraient voir en son élection une volonté du
parti au pouvoir de verrouiller l’opérationnalisation des réformes ou plutôt de les personnaliser. Mais comme le commande une certaine sagesse, pourquoi ne pas attendre de voir Me Tchitchao Tchalim et ses collègues à l’œuvre. Les choses pourraient prendre des tournures inattendues. La présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Djigbodi Tsègan, a d’ailleurs déjà donné le ton.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.