Candidature ou non en 2020 / Faure Gnassingbé lève progressivement le voile

Par Edem Dadzie

292

«Vous-même vous savez que je ne parle pas beaucoup », disait Faure Gnassingbé à certains de ses partisans lors de la campagne comptant pour la présidentielle de 2015. Les Togolais ne sont en effet pas habitués à des prises de parole intempestives de leur chef d’Etat. C’est sans doute un style propre à l’homme. Mais lorsqu’il décide de le faire, cela ne passe pas du tout inaperçu. Ce fut le cas la semaine dernière à Londres, lorsqu’il s’est prononcé au micro de nos confrères de la BBC.

Après son discours sur l’état de la nation, le 26 avril dernier devant les députés à l’Assemblée nationale, le président togolais donne son avis sur la situation politique qui prévaut dans son pays et surtout sur son avenir à la tête du Togo. Le débat sur sa candidature ou non en 2020 ne date pas d’aujourd’hui.

Les opposants en ont pratiquement fait un slogan pour mobiliser leurs militants. Après avoir longtemps gardé le silence sur le sujet, le moment semble propice pour le potentiel candidat à l’élection présidentielle de 2020 de commencer par lever le voile. « Les règles sont là. L’essentiel, c’est de respecter la loi et les dispositions constitutionnelles de son pays. Je pense que cela règle la question. Aujourd’hui, si constitutionnellement j’ai la possibilité de me représenter, je prends acte et le moment venu, je prendrai ma décision », a déclaré Faure Gnassingbé.

A ce jour, et au vu des modifications constitutionnelles que l’on a connues à l’Assemblée nationale, il y a quelques semaines, rien n’empêche l’actuel chef de l’Etat de se représenter pour un autre mandat. D’ailleurs, la nouvelle Constitution a le mérite de ne faire aucune exclusion. Tout Togolais qui le souhaite peut briguer un poste électif. Il en est de même pour le chef de l’Etat qui est aussi un Togolais parmi tant d’autres. Mais comme il le précise lui-même, le temps de la décision n’est pas encore venu. Faure Gnassingbé y réfléchit encore sans doute et fera connaître sa position au moment opportun.

De plus, il faudra compter aussi avec son parti qui devra l’investir ou non. Toutes ces questions et d’autres ont déjà fait l’objet de manifestations dans notre pays, surtout à partir d’août 2017. Ces mouvements de foule ne se sont pas toujours déroulés dans les meilleures conditions menaçant parfois la paix et la cohésion sociale.

Faure Gnassingbé n’est visiblement pas contre les manifestations. Mais c’est la manière qui pose problème. « Je ne saurai tolérer des manifestations avec des armes de guerres », prévient le président togolais. « Ce n’est pas parce qu’on vous indique un itinéraire différent qu’on interdit votre manifestation. Nous disons simplement que ceux qui ne manifestent pas ont les mêmes droits que ceux qui manifestent. Ceux qui veulent travailler ont les mêmes droits. L’essentiel est de respecter le cadre légal qui est la loi de la République qui s’impose à tous », a-t-il précisé.

Lire aussi : Premier Forum économique Togo-U.E / Vague d’investisseurs de tout un continent sur Lomé

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.