Candidature unique en 2020

L’opposition togolaise pourra-t-elle relever son défi de tous les temps ?

136

En conférence de presse mardi dernier à Lomé, les neufs partis qui participent encore aux travaux de la Coalition des 14 partis de l’opposition togolaise ont réitéré leur volonté de continuer à réclamer les réformes politique. Toutefois, ceux-ci affirment œuvrer pour une candidature commune pour l’élection présidentielle de 2020 et même avant cette échéance, participer aux locales en groupe.

Quand on connaît l’histoire de la candidature unique dans notre pays, on se demande si cette annonce ne restera pas un vœu pieu ? C’est un défi que l’opposition togolaise n’a vraiment jamais réussi à surmonter sauf en 2005 où l’on a assisté à un rassemblement autour du candidat de l’Union des forces de changement (UFC), feu Bob Akitani. Mais fondamentalement, très souvent, les leaders ont fait attendre leurs militants jusqu’à la dernière minute mais sans résultat tangible.

Aujourd’hui, sans aucune intention de vouloir jouer contre une quelconque union de l’opposition, ce qui n’engage qu’eux d’ailleurs, il faut reconnaître que plusieurs obstacles vont en leur défaveur. Premièrement des candidats supposés ou réels se prononcent déjà au nom de l’opposition. Nicolas Lawson président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) par exemple s’est déjà ouvertement déclaré candidat. Ensuite, l’opposition est aujourd’hui plurielle. Les partis qui sont encore en bon terme au niveau de la Coalition ne représentent pas à eux seuls toute l’opposition.

La Coalition, même si elle affiche une volonté de ratisser large, réussira t-elle à faire taire les intérêts partisans et à unir toutes ces voix qui voudront s’exprimer au moment venu ? D’ailleurs au sein du regroupement même à l’heure actuelle, ce n’est pas la sérénité. Sur 14 partis, seuls 9 ont pris part à deux jours de réflexions qui ont permis d’aboutir à des résultats plutôt satisfaisants mais qui ne font pas l’unanimité. Selon les leaders eux-mêmes, 6 partis se sont prononcés en faveur d’une candidature unique,2 contre et 1 parti n’a pas donné de position claire pour l’instant.

Une éventuelle candidature de Jean-Pierre Fabre qui pourrait vouloir s’imposer comme candidat unique fait déjà pâlir beaucoup. L’intéressé se défend par le fait qu’il est bien sûr le candidat naturel de son parti, vu qu’il en est le premier responsable mais cela ne fait pas de lui un candidat unique pour toute l’opposition. De plus, monsieur Fabre pense qu’on ne devrait pas décréter son retrait à lui sous prétexte qu’il a déjà essuyé plus d’un échec face au pouvoir. D’ailleurs il n’est pas le premier à avoir fait plusieurs tentatives, argumente l’intéressé. Il faut tenir compte aussi du fait que des candidatures sont annoncées dans la diaspora. 2020 nous réserve assurément des surprises et l’opposition a du pain sur la planche.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.