Gestion des défis transfrontaliers : Les agences du Système des Nations unies au Bénin et au Togo en retraite à Lomé

43

Les agences du Système des Nations unies (SNU) au Bénin et au Togo étaient hier en retraite à Lomé. Cette réunion s’inscrit dans la volonté de ces organisations onusiennes de partager leurs expériences en ce qui concerne leurs appuis aux Etats pour une meilleure gestion des défis transfrontaliers.

L’initiative voit le jour pour la première fois et c’est Lomé qui est choisie pour l’accueillir. Il s’agit selon Damien Mama, coordonnateur-résident du Système des Nations unies (SNU) au Togo de l’illustration d’un nouveau mode opératoire dans le cadre de la réforme du système de développement des Nations unies. Lors de la réunion, les deux équipes pays ont donc exploré les opportunités de collaboration interagences, examiné les défis communs, identifié les projets et actions conjointes à mener et partagé les bonnes pratiques pour renforcer la mise en œuvre de l’agenda 2030 en lien avec les priorités nationales de développement dans les deux pays.

« Les défis sécuritaires, environnementaux et sociaux qui se présentent à nous aujourd’hui vont au-delà des frontières. Les Etats pris isolement ne peuvent pas y faire face », reconnaît Damien Mama.
Les participants ont aussi défini les actions à mener dans les zones transfrontalières pour mieux appuyer les gouvernements des deux pays dans la réponse aux défis transfrontaliers. Ceux-ci ont aussi exploré les approches de partenariats conjoints y compris l’engagement conjoint avec les organisations régionales, les banques de développement et les organisations non gouvernementales qui couvrent les deux pays.

Et ce n’est pas le professeur Robert Dussey, ministre togolais des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des Togolais de l’extérieur qui ne pourra pas apprécier l’initiative. «Aujourd’hui, nos Etats tout en restant les premiers acteurs des défis transfrontaliers ne peuvent se passer du soutien des Nations unies. Avec la croissance des défis transfrontaliers, les Etats sont obligés d’agir et ensemble. L’exercice de la responsabilité collective dans le cadre des organisations internationales dans la lutte contre le terrorisme et d’autres défis sont une nécessité », a-t-il déclaré lors de son discours d’ouverture.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.