Le Togo cherche à mobiliser 500 millions d’euros sur les marchés internationaux

Par Félix Tagba

156

Suite aux premières notes de crédit souveraines à long et à court terme en devises étrangères et en monnaie locale attribuées au Togo par Standard & Poor’s, les autorités togolaises envisagent de mobiliser une importante somme sur les marchés financiers internationaux. Elles souhaitent lever 500 millions d’euros, soit 328 milliards FCFA sur les marchés internationaux.

Le chef de l’Etat togolais envisage de mobiliser 500 millions d’euros sur les marchés financiers internationaux en se servant de la cote de crédit attribuée par l’agence de notation financière américaine Standard & Poor’s. D’ici les 3 prochains mois, le pays pourrait faire une sortie sur les marchés financiers internationaux.

Dans un article publié par le magazine Financial Times, Faure Gnassingbé a tout de même précisé que cette décision d’émettre l’euro-obligation n’a pas encore été prise par son gouvernement. Si le pays lance effectivement l’Eurobond, il deviendra ainsi le 22e pays africain à effectuer cette opération. Dans l’espace de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Sénégal ont déjà essayé cette option dans la catégorie « très spéculative ».

Avec ces toutes premières notes de crédit souveraines à long et à court terme en devises étrangères et en monnaie locale attribuées au pays par Standard & Poor’s, le Togo dispose « maintenant d’une identité financière », a indiqué le président togolais. Une fois levée, cette somme permettra principalement au pays de rembourser une partie de sa dette intérieure.

En effet, l’agence de notation financière américaine Standard & Poor’s a octroyé au pays des cotes « B/B » en annonçant une reprise de l’économie togolaise. « Nous prévoyons que l’activité économique bénéficiera de la récente modernisation d’infrastructures clés, comme l’achèvement de vastes travaux au port de Lomé, qui est actuellement le seul port en eau profonde d’Afrique de l’Ouest, et l’ouverture du nouveau terminal de l’aéroport Gnassingbé-Eyadema en 2016 », a indiqué Standard & Poor’s.

Lire aussi : Standard & Poor’s/ Le Togo obtient la note « B »

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.