Lutte contre la corruption : La Haplucia passe à une nouvelle étape importante

251

Attendue depuis des mois sur certains dossiers brûlants, la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (Haplucia) vient de passer à une nouvelle étape. L’institution dirigée par Essohana Wiyao a transmis les affaires des Coupes d’Afrique des nations (CAN) 2013 et 2017 et de la route Lomé-Vogan-Anfoin à la justice.

Plusieurs mois après sa création, la Haplucia s’est concentrée sur la sensibilisation dans tous les secteurs de notre société. Même les corps habillés ont été sensibilisés. C’était une bonne chose comme le disait le président de la Haplucia de sensibiliser avant de passer à l’étape de la répression. Mais beaucoup de nos compatriotes à un moment donné étaient impatients de voir cette institution agir, au point qu’ils la jugeaient sévèrement.

Les journalistes ne rataient jamais l’occasion d’envoyer des pics à la Haplucia : à quand les résultats ? Monsieur Wiyao et ses collègues auront-ils le courage d’aller au bout de leurs engagements ? Auront-ils toute l’indépendance pour inquiéter tout contrevenant quel que soit son statut ? Devant toutes ces inquiétudes, le président de la Haplucia promettait tout simplement que « très bientôt », l’on verrait du concret. Il disait notamment que les  dossiers des CAN 2013 et 2017 et de la route Lomé Vogan-Anfoin étaient en étude et seraient transmis au procureur de la République. Malgré tout, le scepticisme des uns et des autres se renforçait. A présent, l’on peut affirmer que le président de la Haplucia a tenu parole.

Selon le confrère Samuel Gnanhoui du site l’informateur.net, ceux de Savoirs news et du site Icilome.com, la Haplucia a transmis les deux dossiers phares à la justice. Le président Essohana Wiyao et ses collègues ont déposé ces dossiers lundi dernier sur le bureau du procureur de la République près le tribunal de première instance de Lomé.

C’est donc une nouvelle étape très importante qui vient d’être franchie dans notre pays. Le chef de l’Etat Faure Gnassingbé ne veut pas blaguer avec la transparence. L’assainissement du climat des affaires favorable aux investissements privés nationaux et directs étrangers est aussi à ce prix. Alors, bravo à la Haplucia pour ce premier essai et succès à la lutte contre la corruption dans notre pays.

Lire aussi : Présidentielle de 2020 : La diaspora togolaise aura voix au chapitre

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.