Même en période d’accalmie, des discussions ne sont pas exclues

Fin de la médiation de la CEDEAO

138

La dernière conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) tenue en décembre dernier a sanctionné la fin de la médiation sous régionale dans la crise politique togolaise. Le président ghanéen Nana Akufo-Addo, l’un des médiateurs dans cette crise l’a clairement fait savoir il y a quelques jours lors d’une interview accordée à des médias étrangers. Sur le terrain, c’est la détente et une certaine accalmie qui s’instaurent. Malgré ce retour au calme, il n’est pas exclu que les acteurs continuent de se parler. Les Togolais sont appelés à former une famille, donc à maintenir le dialogue.

Le dialogue est une vertu qui tend à se raréfier, même en temps de conflit. Beaucoup sont réfractaires à la démarche consistant à négocier. Or, c’est une situation qui est de loin préférable à la confrontation, même si elle ne conduit pas forcément à une solution immédiate et espérée. Lors de la dernière crise, les Togolais ont de nouveau expérimenté le dialogue. Tous les acteurs n’ont pas apprécié l’issue de ces discussions. D’un côté, le pouvoir qui salue le travail louable des facilitateurs et de l’ensemble des chefs d’État de la CEDEAO pour avoir aidé notre pays à éviter le pire.

L’opposition réunie au sein de la Coalition des 14, quant à elle, rumine toujours son mécontentement. Elle accuse la CEDEAO et l’ensemble de la communauté internationale d’avoir aidé le pouvoir de Lomé à se renforcer. Pour le regroupement, la CEDEAO est complice de ce qu’il qualifie de statu quo au Togo pendant que pour le pouvoir la situation a beaucoup évolué et « rien ne sera plus comme avant », un peu comme le disait le ministre Gilbert Bawara à quelques semaines des élections législatives. Il est donc clair que les acteurs doivent continuer de se parler d’une manière ou d’une autre. Il peut s’agir de discussions informelles dans les couloirs ou par d’autres canaux. Ce qui est sûr, c’est que même en période d’accalmie, des discussions ne sont pas exclues.

Qui sait si finalement ces échanges ne permettront pas d’aboutir au consensus tant recherché depuis des années sur certains sujets brûlants. Il est donc surprenant que des compatriotes s’offusquent que des discussions fut-ce secrètes soient peut-être toujours en cours entre les acteurs. Certains affirment même que le chef de l’Etat était récemment au Ghana.

Il est possible que le président de la République ait effectué un déplacement chez Nana Akufo-Addo. Plusieurs raisons peuvent justifier ce voyage. Et même s’il s’agissait de discussions de couloir, est-ce mauvais ? Pourquoi les membres d’une même famille quelles que soient leurs divergences ne peuvent pas par moments discuter ? Le fait que les acteurs poursuivent des discussions, devrait plutôt faire plaisir aux Togolais. D’ailleurs le président Akufo-Addo a précisé que les contacts sont maintenus avec les acteurs, mais qu’il revient aux Togolais de décider ce qu’ils feront en ce qui concerne leurs affaires internes.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.