Mutaa : Beaucoup d’autres pays vont également signer l’accord

52

Le nombre des pays signataires de l’accord portant création du Marché unique de transport aérien en Afrique (Mutaa) devrait s’accroître dans les prochains jours. Le Marché réserve d’énormes opportunités aux pays signataires.

Le colonel Gnama Latta, directeur général de la Société aéroportuaire de Lomé-Tokoin (Salt) prend part à une réunion du groupe régional Afrique Océan indien (Afi) de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). La rencontre qui se tient à Accra au Ghana prendra fin le 2 août. Elle réunit différents acteurs du secteur de l’aviation venus de plusieurs pays.

La mise en place du Mutaa et ses avantages est revenue dans les discussions lors de cette rencontre. Le Marché unique de transport aérien en Afrique est une des priorités de l’agenda 2063 de l’Union africaine (UA). Une adhésion des Etats africains à ce Marché s’avère nécessaire pour la réussite de ce projet. Cette année le Mutaa envisage rassembler 40 Etats membres. Les stratégies mises en branle pour atteindre cet objectif portent leurs fruits.

Selon le site Republicoftogo, le président Faure Gnassingbé chargé de la mise en œuvre du Mutaa est arrivé à faire adhérer 33 pays africains à ce Marché. Le site annonce que ces pays vont signer dans les prochaines semaines les textes du Mutaa. Une situation dont s’est félicité le colonel Gnama Latta devant ses pairs à Accra.

En mars dernier le nombre de pays signataires des textes règlementaires du Mutaa était de 26, soit une population de plus de 600 millions d’habitants. Si le Marché enregistre 7 nouveaux signataires, cela augmentera intrinsèquement le nombre de populations concernées par cette initiative panafricaine.

Par conséquent, ces populations pourront en tirer pleinement profit. Ce chiffre se rapproche de plus en plus de l’objectif des 40 Etats membres fixé par les autorités chargées de la mise en place de ce marché.
Le Mutaa permettra aux compagnies africaines d’occuper une bonne place sur le continent. Les Etats membres de ce Marché pourront éviter les obstacles réglementaires à l’interconnexion des villes africaines. Plusieurs emplois seront également créés sur le continent grâce à la mise en place du Marché unique de transport aérien en Afrique notamment dans les secteurs de l’aviation, du tourisme et de l’économie.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.