Phase pratique de la décentralisation / Démarrage de l’élection des maires et de leurs adjoints

85

Dans le prolongement des élections locales que le Togo vient de connaître, il est attendu que les conseillers municipaux de chaque commune du pays se retrouvent dans un délai bien précis pour élire leurs maires et leurs adjoints. Quelques jours donc après la proclamation définitive des partielles, mettant fin par la même occasion au processus, les choses encore plus sérieuses viennent de commencer avec l’élection des maires dans quelques communes.

Les Togolais n’auront pas attendu trop longtemps pour connaître toutes les personnalités qui vont diriger leurs différentes communes pour les six prochaines années. Il était temps en tout cas.
D’innombrables défis liés au développement des communautés attendent. De plus, avec le passage obligé par les élections municipales partielles, les délais étaient devenus trop serrés.

Les conseillers municipaux fraichement élus n’ont donc plus de temps à perdre. La loi sur la décentralisation et les libertés locales leur impose ce passage. Par exemple à l’article 90, l’on peut lire : « au cours de sa première réunion, le conseil municipal élit le maire et les adjoints parmi ses membres, au scrutin uninominal secret et à la majorité absolue des suffrages exprimés. Toutefois, si après deux tours de scrutin aucun candidat n’a obtenu la majorité absolue, l’élection a lieu à la majorité relative. En cas d’égalité de voix, le candidat le plus âgé est élu ».

Toutes les dispositions légales ont donc été prévues par le législateur et l’autorité en charge de la décentralisation. En ce qui concerne ce processus, il est  prévu que ce soit le préfet qui convoque les conseillers municipaux. C’est d’ailleurs à cela que l’on vient d’assister dans certaines communes. Dans la préfecture du Golfe par exemple, les élections ont livré leurs verdicts mardi et mercredi derniers.

Dans le Golfe 2, le Dr James Amaglo du parti politique les Forces démocratiques pour la République (FDR) est élu maire. Jean-Pierre Fabre, président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et ancien chef de file de l’opposition togolaise prend quant à lui le contrôle de la commune du Golfe 4. L’on note également l’élection de Adonkanou Yao du parti Batir à la tête de la mairie d’Agoè Nyivé 3.

Il reste encore plus d’une centaine de communes, étant donné qu’elles sont au nombre de 117 dans le pays. Et il faut s’attendre à ce que les acteurs impliqués dans ces élections ne se fassent pas de cadeau. La prise du contrôle des différentes localités du pays est en effet le principal enjeu. La décentralisation a pour but de mobiliser les communautés pour le développement de leurs territoires et l’amélioration des conditions de vie. Et il leur revient d’impulser la dynamique. Bientôt cette nouvelle étape de l’élection des maires et de leurs adjoints appartiendra au passé. Il faudra alors qu’ils se mettent au travail.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.