PND/ Réformer l’administration pour répondre aux défis

296

Le 4 mars dernier, le président de la République togolaise, Faure Gnassingbé a lancé pour la période 2018-2022, un ambitieux programme de développement. Le Plan national de développement (PND) est désormais la boussole du Togo pour les toutes prochaines années. Mais les objectifs fixés ne pourront être atteints que si chaque citoyen s’implique dans sa mise en œuvre. Les fonctionnaires de l’administration sont particulièrement interpellés.

L’administration notamment l’ensemble du personnel de l’Etat chargé de délivrer les services publics, constitue la vitrine d’un pays. Tout étranger qui arrive pour la première fois sur le territoire national ou qui y réside pour un temps se tournera forcément vers l’administration pour un certain nombre de services.

Parmi ces étrangers se trouvent des investisseurs potentiels. Dans l’évaluation du climat des affaires, les services de l’administration publique sont incontournables. Leur manière de fonctionner constitue un baromètre pour le classement des pays. Lorsque les acteurs de ce secteur ne le gèrent pas de la manière la plus optimale possible, il est difficile d’attirer les investissements.

Or dans le cadre de la mise en œuvre du PND, le secteur privé tant national qu’international est fortement sollicité. Et si notre pays veut vraiment être compétitif et convaincre les investisseurs, il est primordial que l’administration se conforme aux exigences de l’heure. Plus de place à la lenteur administrative, à la corruption et tout ce qui empêche son efficacité. L’administration togolaise doit devenir une administration de résultat. Cela doit être ressenti non seulement par l’étranger, mais aussi par les citoyens togolais qui se plaignent tout le temps de leur administration.

Les autorités togolaises veulent vraiment voir l’administration se moderniser, une administration de proximité qui soit vraiment au service des usagers. D’ailleurs le ministère en charge de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale et dirigé aujourd’hui par Gilbert Bawara, héberge aussi le portefeuille de la « Réforme administrative ».

C’est ainsi que doté de ces prérogatives, monsieur Bawara lors de la célébration du 1er mai 2019 a annoncé que la réforme de l’administration et des services publics sera parachevée pour accompagner la mise en œuvre du PND et du processus de décentralisation. Sur ce plan le ministre a exhorté ses collaborateurs à améliorer sensiblement leurs prestations.

« Aucun pays ne peut se développer s’il a une administration et des services publics qui sont installés dans la léthargie, le conformisme voire le conservatisme et qui refusent d’évoluer pour devenir une administration et des services publics orientés et axés sur le développement », a-t-il déclaré.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.