Présidentielle de 2020 Unir fait-il autant peur à ses opposants ?

30

En prélude à l’élection présidentielle de 2020, quelques personnalités de la scène politique togolaise et de la diaspora ont annoncé leurs candidatures. Le débat sur la meilleure stratégie pouvant permettre de prendre le dessus sur le candidat du parti au pouvoir aussi se poursuit. Toutefois, l’on note dans les discours un certain pessimisme. On dirait que les prétendants au fauteuil présidentiel n’y croient pas vraiment. D’où la question suivante : le parti au pouvoir fait-il autant peur à ses opposants ?

La majorité des élections que le Togo a organisée sous l’ère démocratique a été remportée par le parti au pouvoir. Que ce soit avec le Rassemblement du peuple togolais (RPT) par le passé ou Union pour la République (Unir) aujourd’hui, les opposants au régime n’ont toujours vu que du feu. Élections présidentielles, législatives et récemment les locales, le verdict reste le même.

Cette situation a poussé certaines personnes à conclure que l’opposition togolaise était maudite ou est maintenue sous le contrôle de forces occultes. Mais par qui ? Questionnent d’autres observateurs. En tout cas, il s’agit là d’un débat auquel l’on ne risque pas de trouver un dénouement aussi facilement au sein de l’opinion. Autant ne pas s’y attarder donc. D’ailleurs, les concernés eux-mêmes n’aiment pas vraiment se prononcer sur la question. Plusieurs opposants rejettent cette conclusion.

Certains de leurs militants n’aiment pas non plus cette idée. Pour eux, ce serait délier les leaders de toute responsabilité. D’un autre côté, les patrons de l’opposition togolaise ont toujours accusé le pouvoir de tricherie en ce qui concerne les règles du jeu et de fraudes lors des élections. Une accusation qui n’a vraiment jamais été prouvé. D’ailleurs, la communauté internationale qui suit de près les élections au Togo les a toujours reconnues. Alors que 2020 approche à grands pas et que l’opposition ne s’accorde pas sur l’épineuse question de la candidature unique de l’opposition, les déclarations que ces derniers font permettent de se rendre compte de la perception que les candidats de l’opposition, du moins certains ont du parti au pouvoir.

Le pouvoir incarné par Unir semble être un mur infranchissable. L’un des candidats déclarés, Christian Spieker, un juriste togolais installé depuis des décennies en Allemagne, invité lundi dernier d’une radio privé, a annoncé qu’une candidature unique de l’opposition favoriserait le pouvoir. En tant que candidat, les déclarations qu’il fait ne sont en tout cas pas pour rassurer ceux qui aspirent à l’alternance. « En l’état actuel des choses, je ne sais qui peut affronter le candidat du pouvoir et le battre », a-t-il reconnu. Cela veut dire que l’opposition et ses partisans doivent commencer à se préparer à une défaite. En effet, à moins d’un an de l’élection, il n’est pas sûr que le contexte politique évolue.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.