Remue-ménage au parti Les Démocrates

Que se passe-t-il avec Nicodème Ayao Habia ?

149

Ex-gréviste de la faim, le président du parti politique Les Démocrates, selon plusieurs informations reprises par bon nombre de médias togolais, est en difficulté avec les membres de son parti. L’ancien député de l’Avé serait, à en croire des informations diffusées sur les médias et les réseaux sociaux, destitué de la tête de sa formation politique. Une information que Habia dément. Il parle même d’un complot.

Des collaborateurs du président du parti Les Démocrates ont visiblement des choses à reprocher à ce dernier. Ils l’accusent de mauvaise gestion, et surtout considèrent sa récente grève de la faim devant l’ambassade du Ghana au Togo comme une comédie. On se rappelle que vers la fin de l’année 2018, Nicodème Habia avait entamé une grève illimitée de la faim. Il ne voulait pas arrêter tant que le processus électoral en cours n’était pas arrêté. Après une tentative infructueuse devant l’ambassade des Etats-Unis, il s’est installé définitivement chez nos voisins de l’ouest. Cela a d’ailleurs failli à un moment créer une sérieuse crise diplomatique entre le Togo et le Ghana.

Finalement l’ancien militant de l’Union des forces de changement (UFC) a été évacué au pays de Nana Akufo-Addo pour y recevoir des soins adéquats après avoir été affaibli par plusieurs jours de privation de nourriture. Entre-temps l’on n’entendait plus parler de lui. Même les péripéties de la Coalition à laquelle il tenait tellement ne l’ont pas sorti de sa cachette.

Mais, ses camarades viennent visiblement de toucher le point sensible. En décidant d’exclure monsieur Habia du parti qu’il a bâti lui-même après sa démission de l’UFC, les membres du bureau du parti Les Démocrates ont réussi à faire réagir Nicodème Habia. Le fils de l’Avé n’est pas du tout tendre avec ses collaborateurs dont l’ancien député Adjamgba Agbéssi. Monsieur Habia croit fermement que c’est un complot ficelé avec le parti au pouvoir.

De plus, il minimise l’action entreprise par ses camarades et ne se sent pas du tout inquiété. Pour lui, c’est une « tempête dans un verre d’eau avec des individus de mauvaise
foi à la solde du pouvoir. Ils ont profité de mon absence du territoire pour me poignarder dans le dos », a déclaré l’ancien député dans un communiqué publié quelques heures plus tard.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.