Violences xénophobes / Le Nigéria durcit le ton et veut nationaliser les entreprises sud-africaines en représailles

51

Remonté contre les violences ciblant des ressortissants et entreprises étrangers, notamment nigérians, en Afrique du Sud depuis plus d’une semaine, le président de l’All Progressive Congress (APC), Adams Oshiomhole, a appelé au boycott des produits et services sud-africains. Il a même demandé la nationalisation complète des grands groupes sud-africains tels que MTN, premier opérateur téléphonique du continent, qui réalise un tiers de son chiffre d’affaire au Nigeria, malgré les amendes faramineuses qui lui sont imposées depuis 2015 par les autorités.

«Alors que les Sud-Africains continuent de bénéficier de l’environnement économique nigérian et de rapatrier des milliards de dollars, les autorités sud-africaines semblent jalouses des petits boulots dans lesquels certains Nigérians et d’autres Noirs sont impliqués », a déclaré Adams Oshiomhole, président du parti All Progressives Congress, jeudi 5 septembre à Lagos. «Il est nécessaire que le gouvernement nigérian prenne des mesures pour reprendre les actions restantes de MTN qui sont détenues par des SudAfricains », a-t-il ajouté, proposant par ailleurs la révocation des droits d’atterrissage de South African Airways sur le territoire nigérian.

S’il n’y a pas eu de réaction directe à ces propos de la part des autorités nigérianes, une communication officielle de la présidence sud-africaine a annoncé ce weekend que le président nigérian Muhammadu Buhari rendrait visite en octobre prochain à son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa, pour renforcer les liens entre les deux pays qui partagent tous deux un « attachement aux valeurs de prospérité et de progrès de l’Afrique ». Mais dans la foulée, le président nigérian n’attend pas de nouvelles violences sur ses compatriotes. Près de 600 nigérians seront rapatriés de Johannesburg vers Abuja à partir de ce mercredi 11 septembre 2019 par 2 vols de la compagnie Air Peace. A terme, l’objectif est de parvenir à transporter ceux parmi les 100 000 expatriés nigérians souhaitant quitter l’Afrique du Sud.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.