Présidentielle 2020 Atcholi Aklesso : « les militants vont réitérer leur soutien au chef de l’Etat »

1 237

Alors que l’échéance électorale approche à pas de géant, la sempiternelle question de la candidature ou non du chef de l’Etat continue par ronger une poignée de l’opinion publique imprévoyante. Mais, face au mutisme stratégique du parti Unir, les plus curieux devront s’armer de patience et/ou se contenter des indices laissés de temps à autre par les premiers responsables du parti et dernièrement le secrétaire exécutif Atcholi Aklesso qui a abordé suffisamment le sujet dans les colonnes du magazine ‘’Economies Africaines’’.

Sauf cataclysme, tout porte à croire que l’actuel président de la République togolaise, Faure Gnassingbé sera choisi par son parti pour tenter de remporter l’élection présidentielle de 2020 : « Nos textes ont présenté clairement dans quelles conditions le candidat est choisi. Bien évidemment, avec les résultats que Faure Essozimna Gnassingbé engrange à la tête de l’État, nous pouvons deviner que les militants vont lui réitérer leur soutien. Il a les compétences pour être candidat. Il a l’énergie et la détermination qu’il faut. Il a la faveur de la législation en vigueur. Rien ne pourra empêcher cette candidature, qui est celle de la jeunesse et des femmes », a confié Atcholi Aklesso.

Chaque chose en son temps

S’agissant de la stratégie à adopter afin de remporter la prochaine élection de manière incontestée, le secrétaire exécutif n’a pas souhaité vendre la mèche : « Une stratégie, comme vous le dites, doit être secrète. Je ne pourrai pas vous donner notre plan d’action pour obtenir la victoire à la présidentielle de 2020. Mais une chose est certaine, notre leader charismatique, qui est également président de la République, a un bilan éclatant. Nous voulons toutefois préciser que le parti, en temps opportun, précisera les choses relativement à notre présence aux échéances électorales à venir ».

Sérénité absolue

Les évènements récents (victoire écrasante aux élections législatives et locales ; réformes opérées ; solitarisme, incohérences et dégringolade notoire des partis de l’opposition etc.), ont permis au parti au pouvoir d’ériger sa domination, à la grande impuissance des leaders de l’opposition dont Jean-Pierre Fabre qui n’est plus le cerveau de l’opposition : « C’est Gilchrist Olympio qui est le chef de file de l’opposition. Jean-Pierre Fabre l’a été lors de la dernière législature ; sa coalition a boycotté les dernières élections législatives. De ce fait, il a également perdu son statut de chef de file de l’opposition. Parlant des enjeux, tous les scrutins en ont. Il s’agit juste de ne pas se mettre une pression, virtuelle ou réelle. Jean-Pierre Fabre est un Togolais. Tant qu’il remplit les conditions, sa candidature est la bienvenue. Il y aura certainement d’autres candidats. C’est cela, la démocratie que promeut le chef de l’État ».

« Nous n’avons pas de temps à perdre »

Atcholi Aklesso et son parti se sont assigné des objectifs et font feu de tout bois pour les atteindre : « La priorité du moment, c’est le développement, c’est de finir, et de bien finir le mandat actuel confié à notre leader. La création d’emplois pour les jeunes et les femmes, le développement industriel et commercial, et bien d’autres sujets encore, constituent l’urgence du moment. Nous n’avons pas de temps à perdre car les jeunes nous attendent. En 2020, ce sont les résultats qui parleront en notre nom ».

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.