Présidentielle de 2020 : Le pasteur Edoh Komi réfléchit à l’éventualité d’être candidat

122

Lentement mais sûrement, la nation togolaise se dirige vers l’échéance présidentielle de 2020 ; une élection qui, probablement, déterminera (à court, moyen et long terme) l’avenir politique du pays. Naturellement, pour les aspirants au pouvoir, le moment sied pour dévoiler les réelles ambitions. Après Gerry Komandéga Taama (président du Nouvel engagement togolais, en abrégé NET), l’économiste Ekue Gamessu Kpodar et récemment le juriste Christian Spieker, c’est le pasteur Edoh Komi qui, dans les jours à venir, pourrait porter sur la place publique son intention de postuler pour la prochaine présidentielle.

Le président du Mouvement Martin Luther King (MMLK), maire adjoint dans la commune du Golfe 2 a, quelque part dans un coin de la tête, l’ambition de diriger le pays ; encore fautil qu’il soit élu. Joint par les médias, l’entourage de l’ardent défenseur des droits de l’Homme n’a pas nié l’existence d’une telle éventualité.

Toutefois, si jusqu’ici aucune décision définitive n’a été prise, le principal intéressé avoue tout de même être en pleine réflexion avec son collège : « Je réfléchis avec mon équipe à l’éventualité d’une candidature à l’élection présidentielle. Comme tout le monde, je pense que l’élection présidentielle est la sommité de toutes les élections. Je suis un citoyen togolais et le choix du prochain chef d’Etat est d’une grande portée pour les cinq (05) années à venir » a laissé entendre le pasteur Edoh Komi.

Que deviendrait le MMLK ?

Cette question vaut tout son pesant d’or dans la mesure où le pasteur Edoh Komi ne pourrait plus se dédier entièrement au mouvement qu’il préside lorsqu’il déciderait de se lancer dans la politique. Pour autant, il n’est pas inquiet : « Le Mouvement Martin Luther King (MMLK) est une organisation de défense des droits de l’Homme et reste telle. D’autres membres prendront la relève à condition que je sois candidat » a-t-il assuré. « L’Etat est censé jouer son rôle régalien, protéger les droits des citoyens. Nous lui rappelons ce qu’il sait déjà parce que c’est lui qui a signé toutes les conventions. Tous les instruments internationaux, c’est lui qui les a signés et ratifiés », a récemment déclaré le président du MMLK.

Tout va vite en politique et beaucoup de choses peuvent se passer d’ici 2020. Au cas où le sieur Edoh déciderait, après concertation, de se présenter à cette élection, le peuple attend qu’il continue de lutter pour ce en quoi il a toujours cru. Pour le moment, il y a quelques zones d’ombre qui ne permettent pas d’appréhender suffisamment les vraies intentions du pasteur. Mais, l’opinion publique les connaîtra bien assez tôt.

Lire aussi : Présidentielle 2020 Atcholi Aklesso : « les militants vont réitérer leur soutien au chef de l’Etat »

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.